Publié par : Sarah | 14 mars 2011

Les plats de chez nous, pour vous

Les frites, la sauce brune et le fromage qui fait «squish-squish», vous en avez déjà entendu parler ?  L’expression «steak-blé d’inde-patates», vous l’avez déjà entendue ? Non ? Et bien il s’agit en fait de la façon commune d’appeler la poutine et le pâté chinois, deux délicieux plats d’ici.

Poutine

Poutine

La poutine est apparue vers le milieu des années 1950 dans un Québec rural. Son origine exacte, je ne peux vous l’affirmer. C’est qu’elle est depuis très longtemps partagée entre deux principales villes : Warwick (près de Victoriaville) et Drummondville. Les deux villes ont leur propre version de cette invention, mais aucune n’a jamais eu le titre de la «ville qui a inventé la poutine ». L’origine du mot lui-même n’est fondée que sur des hypothèses, mais on sait qu’avant que la poutine ne soit inventée, les Québécois utilisaient cette expression pour qualifier une personne bien en chair. D’ailleurs, il faut avouer que la poutine elle-même est très grasse, donc le nom lui va à merveille !

Le pâté chinois, quant à lui, est un mélange de bœuf haché, de maïs en grains ou en crème et de pommes de terre pilées. Le tout est mis au four et cuit en étages. Vous pouvez le savourer tel quel ou avec du ketchup. Ici, c’est une affaire de famille, une tradition. Chaque Québécois en consommera durant son enfance et finira par en cuisiner étant adulte.  Une hypothèse émise quant à son origine : on dit que sa création vient du temps de la construction de la voie ferrée lorsque les ouvriers chinois s’en nourrissaient. Cependant,  les théories qui circulent à son sujet ne sont que très vagues, laissant toujours planer le mystère autour de ce plat, alors je ne peux vous dire d’où il vient exactement. En 2007, il a été couronné «plat national québécois» par le quotidien Le Devoir, c’est pour vous dire sa popularité !

Pâté chinois

Pâté chinois

Si vous voulez dégustez une poutine (et je vous le recommande fortement),  rendez-vous à La Banquise, rue Rachel Est à Montréal. Cet endroit propose plusieurs variantes, mais je vous conseille de goûter la poutine traditionnelle d’abord, avant de vous lancer dans cette découverte. Sinon, votre première impression de la vraie poutine risque d’être à jamais altérée, et ce serait bien dommage. Si vous n’êtes pas à Montréal, n’importe quel «resto de quartier» dans n’importe quelle ville québécoise qui se trouve sur votre chemin sert à coup sur de la poutine, alors pas de complications pour en trouver !

Pour le pâté chinois, ce sera moins facile, mais la Binerie Mont-Royal, un restaurant spécialisé en cuisine typiquement québécoise, pourra satisfaire votre appétit. Autre que le pâté chinois, vous pourrez aussi essayer la tourtière, le pudding chômeur, la soupe aux pois et j’en passe. Si vous voulez découvrir en profondeur les plats québécois, c’est l’endroit tout indiqué. Bon appétit !

Sarah

Pour se rendre à la Banquise :

http://maps.google.ca/maps/place?cid=10356172211970105105&q=banquise&hl=fr&gl=ca&sll=45.525462,-73.574777&sspn=0.006295,0.006295&ie=UTF8&ll=45.530794,-73.58443&spn=0,0&z=16

Pour se rendre à la Binerie Mont-Royal :

http://maps.google.ca/maps/place?cid=17267199761063825574&q=binerie+mont+royal&hl=fr&sll=45.523739,-73.58325&sspn=0.071946,0.071946&ie=UTF8&ll=45.566468,-73.660412&spn=0,0&z=13

Pour les plus aventuriers, voici une recette de pâté chinois classique que vous pourrez préparer vous-même :

http://www.metro.ca/recette/3662/pate-chinois.fr.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :