Publié par : Marina | 18 mars 2011

La Grosse-Île: un pan de notre histoire

         Ouverte depuis peu au public, la Grosse-Île possède une histoire à la fois très triste, et pourtant porteuse d’espoir grâce à son heureux dénouement. Partons à la découverte de cette île qui a vu bien des gens passer sur son petit bout de terre situé à une cinquantaine de kilomètres de la côte et à trois heures de la métropole.

  

Grosse-Île-et-le-mémorial-des-irlandais

 

         À l’époque des immigrations par bateaux à provenance d’Europe (principalement des îles britanniques, de l’Irlande et de l’Écosse), où plus de 30 000 immigrants arrivaient par année, le vieux continent se voit dévasté par d’importantes épidémies de choléra. Or, puisque cette maladie se propage ici aussi à cause des immigrants qui arrivent et qui en sont atteints, le gouvernement se voit dans l’obligation de créer une véritable station de quarantaine, la plus grosse à l’époque, la Grosse-Île, afin de protéger sa population. Victime de quelques rechutes importantes de maladies, le véritable drame se produit toutefois en 1847 lorsque les immigrants arrivent accablés du typhus, ce qui causera la mort de plus de 5 000 d’entre eux, majoritairement des Irlandais. 

Quelques immigrants en direction du Canada

Dès la confédération de 1867, les choses se mettent à bouger : le gouvernement met en place des mesures plus restrictives afin de contrer les épidémies, et il améliore donc le système de quarantaine. Le docteur Frederick Montizambert sera le principal instigateur des changements sur l’île, puisqu’il en est le médecin responsable. Il construira ainsi un nouvel hôpital, ainsi que des logements pour les travailleurs, des hôtels pour les immigrants et des chapelles. La Première Guerre Mondiale et le krach boursier de 1929 firent toutefois chuter de manière dramatique le niveau d’immigration, et la station de quarantaine dût fermer en 1937. Elle aura ainsi servi de 1832 à 1937, isolée en plein milieu du fleuve Saint-Laurent, afin de protéger la santé publique, et c’est pourquoi le gouvernement lui décernera le statut de lieu historique national en 1984. Longtemps fermée au public, l’île est maintenant accessible à l’aide d’une traversée à bord du Coudrier de l’Isle, qui permet une escale de quatre heures sur l’île, où il est possible de visiter une quarantaine d’anciens bâtiments conservés, en plus d’apercevoir un mémorial dédié au souvenir des Irlandais qui ont péri durant l’épidémie de typhus. 

Le mémorial des Irlandais

Fait intéressant : Ce lieu historique est associé depuis 1998 avec le National Famine Museum, situé en Irlande, à cause de leur histoire malheureusement très similaire.

Marina

Adresse Internet officielle: http://www.grosseile.ca/memorial-quarantaine-384-accueil.php

Pour s’y rendre: http://www.grosseile.ca/memorial-quarantaine-438-comment-se-rendre.php


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :